La barrière linguistique - mes difficultés

Publié le par Estelle Little

La barrière linguistique - mes difficultés

Le russe (en russe Русский) est parlé par plus de 280 millions de personnes (dans beaucoup de pays, il s’agit d’une langue officielle, dans d’autres il s’agit d’une langue véhiculaire). En gros, rien de tel que de parler russe pour se faire comprendre des Pays baltes au Kirghizistan en passant par le Caucase. Cependant, apprendre cette langue n’est pas une mince affaire. Pour vous résumer la chose et vous expliquer mes difficultés :

- L’alphabet cyrillique est très différent de l’alphabet latin, donc il faut réapprendre à lire comme en CP. Cela dit, c’est assez drôle en fait, on a l’impression d’apprendre un langage codé. Bon par contre, écrire en russe à l’ordinateur est très chronophage et galère.

- Le russe est une langue accentuelle ; l'accent tonique des mots est variable et conditionne la prononciation du mot. Seulement, l’accent tonique n’est pas notifié, donc il faut faire au feeling ou apprendre par coeur. Manque de chance pour ceux qui ont un « mauvais feeling », le russe s’écrit comme il se prononce. Autant vous dire que pour nous autres franchouillard qui avons une langue sans accent tonique des mots, non seulement nous prononçons mal, mais en plus on fait des fautes d’orthographe!

- La grammaire russe est assez complexe aussi. Le russe fonctionne par déclinaisons (les mots changent de terminaison selon le rôle grammatical qu’il ont dans la phrase. Un complément du nom aura donc une certaine terminaison alors qu’un adjectif ou un COD, COI en aura une autre) . En russe, il y a 6 déclinaison et 3 genres (féminin, masculin, neutre) - à cela on rajoute le pluriel . (3x6)x2 = 36 terminaisons pour les noms et 24 terminaisons pour les adjectifs auxquelles on ajoute les nombreuses исклучения (exceptions). Tout ça à me greffer dans ma petite tête, c’est une gymnastique intellectuelle.

- pour finir et couronner le tout (je ne parlerai pas des verbes de mouvements et leurs préfixes pour éviter d’en décourager certains), la conjugaison russe fonctionne par aspect. Dans une très grande majorité de cas, chaque verbe russe a un imperfectif et un perfectif. L'aspect imperfectif est utilisé pour indiquer une action présente, qui dure ou se répète; le perfectif, lui, est utilisé pour décrire une action unique, une action passée complètement finie ou une action future.

Bref, autant vous dire qu’avant de parler, il faut cogiter. C’est dur et assez déroutant pour quelqu’un de spontané comme je peux l’être, donc j’étudie. Vous me verriez avec mes cahiers de vocabulaire (pour le russe, pour le langage courant, mes fiches de vocabulaire avec le langage basketballistique…), c’est à mourir de rire. Mais bon, je ne me décourage pas car plus cela va, plus je trouve cette langue belle. D’autre part, plus je l’étudie et plus je la trouve intuitive dans la manière dont elle s’est formée. En effet, si on a le minimum de bagage requis pour en saisir les subtilités, il y a possibilité de trouver des moyens mnémotechniques. Ex : прикуривать. при : mouvement vers / курить : fumer = le terme signifie : allumer la cigarette. Easy buddies!

Mes petits conseils dans l’apprentissage de cette langue sont :

1 - une motivation : par exemple : si j’aime apprendre les langues vivantes, c’est que selon moi, la mentalité est largement déterminée par la langue. Parler russe, c’est faire les premiers pas pour me permettre de saisir cette mentalité russe qui me laisse tant perplexe (comme vous le constaterez dans la rubrique « nos camarades »).

2- Oser : Parlez, parlez, parlez, faites des fautes plutôt que de vous bloquer. Contournez les complexités de la langue plutôt que de vous démotiver.

Pour vous autres qui apprenez (je fais notamment référence à mes rencontres dans le cadre du CRCS), COURAGE! Vous verrez le travail paie : c’est incroyablement plaisant de se rendre compte de ses progrès! Imaginez: hier encore, vous regardiez des lignes écrites en cyrillique, et pour vous c’était des hiéroglyphes. Aujourd’hui non seulement vous les lisez, mais en plus vous les comprenez, tout comme vous comprenez les russes quand ils parlent. (j’ai quand même hâte d’arriver au stade où eux me comprendront quand je parle :p)

Et oui, mon fidèle comparse AZERTY a du se faire une beauté lui aussi.

Et oui, mon fidèle comparse AZERTY a du se faire une beauté lui aussi.

Publié dans menu2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article