Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod

Publié le par Estelle Little

Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod

« Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective, des suites de bâtiments vides de sens. Tout est inconnu, vierge. Voilà, plus tard on aura habité cette ville, on aura marché dans ses rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ses bâtiments, on y aura vécu des histoires avec des gens. Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l'aura pris dix, vingt, mille fois. Au bout d'un moment, tout ça vous appartient parce qu'on y a vécu. »

Un peu comme Romain Duris dans « l’auberge espagnol », mes premiers pas dans Nizhni ont été fort intimidants. Tout pour moi suintait la différence culturelle. Au delà de la taille de cette ville immense, ces moyens transports anarchiques, ses gens peu avenant et ses architectures inconnues, l’ambiance globale m’avait semblé pesante voire oppressante mais non moins curieux. Déjà je m’impatientai de m’approprier ces lieux, ses gens, son histoire. Je vous invite d’ailleurs à checker ce blog (http://web67.derternet.com/NN2006/album0506-1.htm#/ Russe) recelant de photos très représentatives de ce que je vois au jour le jour.

Nizhni - Nizhny - Nijni ou NN pour les intimes est la cinquième ville de la Russie. Se situant à 405 km à l'est de Moscou (non non, je ne me suis pas perdue au bout du monde!), sa population s’élève à 1 260 000 habitants environ.

La plus grande et remarquable curiosité de Nijni Novgorod est son Kremlin. Bati au XVIe siècle dans cette ville aux précédents militaires importants, cette forteresse de style médiévale fait 2 km de circonférence et comporte treize tours. Elle ne fût d’ailleurs jamais prise par les ennemis lors de nombreux assauts et sièges. Aujourd’hui, le Kremlin se visite, il est l’un des plus anciens et mieux préservé en Russie. Il recèle de lieux de cultes, musées, monuments (пометник КАМУ?) ainsi que toutes les structures administratives de la ville ou de la région.

Comme vous pourrez le voir via la vidéo ci-dessous : Nizhni est un trésor, la moindre rue peut déboucher sur une découverte : un musée, une galerie, un parc charmant, une foire. Munie de ses sept universités, c’est aussi une ville très vivante. La population y est relativement jeune, de fait les bars et autres clubs ne manquent pas. (Alors, qui est intéressé pour me rendre une petite visite???)

Pour le petit point historique (je vais essayer de faire bref), Nizhni est historiquement très riche. Elle fut fondée en 1221 par le prince Youry Vsévolodovitchest (petit-fils du fondateur de Moscou Youry Dolgorouki). Celui-ci a posé la première pierre de cette ville nouvelle sur les rives de la Volga et de son affluent l’Oka (D’ailleurs, Nijni signifie « bas » et Novgorod « nouvelle ville », mais historiquement le nom de la ville se traduisait par « nouvelle ville sur les terres de la basse Volga»). S’il a choisit ce lieu précis, c’est qu’il envisageait Nizhni comme une future plateforme commerciale et militaire pour assurer la défense des frontières russes contre les Mordves, Maris et Tatars. Vers 1350, il est même question de faire de cette ville la capitale de la principauté Vladimir-Souzdal pour rivaliser avec Moscou mais cette entreprise avorte avec la prise de Nijni par des hordes tatares en 1377 qui la détruisent en 1408. Reconstruite, la ville se dote de son kremlin entre 1508 et 1511. Celui-ci se révèlera très utile dans le cadre de la prise de Kazan (capitale Tatare) en 1552 où Nijni fera office de bastion pour les troupes d’Ivan le terrible. Plus tard, la ville se dote de son héros, de son icône : Kouzma Minine. Simple marchand de Nijni Novgorod, il dirigea les troupes qui en 1612 chassèrent les troupes polonaises de Moscou et permettant ainsi à la dynastie des Romanov de s'installer sur le trône de Russie.

Au cours du siècle qui suit et jusqu’à aujourd’hui, la ville devint un important carrefour fluvial, routier et ferroviaire. Ceci lui donna de fait le statut de ville commercial prospère au point qu’un dicton fût créé « Saint- Pétersbourg est la tête de la Russie, Moscou son cœur et Nijni Novgorod son porte-monnaie ». Pendant cette période, Nijni a été visitée par de nombreuses personnes illustres et d’horizons différents. Des russes évidemment (Pouchkine, Dostoïevski, Tchekhov … ) mais aussi des étrangers dont des français (Alexandre Dumas, Théophile Gautier…). Tous y ont laissés des traces et ont écrit à propos de cette ville qui vraisemblablement les aura marqués.

Durant la période soviétique, Nijni, rebaptisée Gorki en 1932, est rattachée administrativement à des villes alentours ce qui étend encore davantage sa superficie. Les années 1930 sont une période d'intense développement de l'industrie - production d’avion, d’automobile et d’armements (tanks, fameuses roquettes katioucha..) - qui valent à l'agglomération d’être bombardée 47 fois pendant la seconde guerre mondiale mais aussi d’être fermée aux étrangers jusqu'en 1991.

En 1991, après la dislocation de l'Union soviétique, la ville reprend son nom initial : Nijni Novgorod et se développe considérablement (amélioration du réseau de transport, construction de nouveaux quartiers populaires…). Elle devient aussi une ville prospère comparativement au reste du pays et un havre de paix (cf : lieu de résidence d’Andreï Sakharov ou des pussy riot après la fin de leur incarcération.)

Voilà pour les présentations, c’est donc ici que je vies !

Pour la blague : Il y a une expression ici tirée d’une pièce de théâtre d’Alexandre Griboïedov L'Ennui de l'esprit (Горе от ума) - « mélange des langues française et nijégorodienne » (смешенье языков: французского с нижегородским) : ceci fait référence à quelqu'un qui parle mal une langue étrangère mais se croit très fort. Tiens donc!

Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod
Нижний Новгород ou Nizhni-Novgorod

Publié dans menu1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article